• L'amitié virtuelle n'a pas de distance ni de frontière

        Visage inconnu et imaginaire
    avec grand coeur et qui tous
    les jours se souci de toi
    se confie a toi partage ses découvertes
    te souhaite le meilleur pour toi
    le soir venu vient te souhaiter
    une bonne nuit et te dire à demain
    Elle est la première à te souhaiter une bonne journée
    C'est elle que tu ressens aussi réelle que virtuelle
    ♥♥♥♥♥♥♥♥♥
    "trouvé sur le net "
    L'amitié virtuelle
     

     


    12 commentaires
  • Vue Vue aérienne du château d'Arcelot prise sur le net 

    Pavillon Chinois

    Le château d'Arcelot se situe sur la commune d'Arceau, dans le département français de la Côte d'Or, canton de Mirebeau sur Bèze.

    Il fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 22 septembre 1948. et le 30 avril 1999 pour les jardins. 

    Histoire

    Les premières constructions sont l'œuvre de Philibert Ier Verchère, entre 1711 et 1720 : il s'agit d'une maison constituée de deux pavillons. L'actuel château est conçu à la demande de Philibert II, conseiller au Parlement de Bourgogne et petit-fils du 1er. Réalisé par l'architecte Thomas Dumorey entre 1761 et 1764, il s'agit du premier château de style néoclassique  construit en Bourgogne. Le château est resté dans la lignée directe du bâtisseur jusqu'en 1870, année où Guillaume Verchère, dernier de la lignée, meurt sans enfant. Il légua le château à son neveu, Ernest de Carrelet de Loisy. Au XXI siècle, le château est toujours la propriété de la famille de Carrelet de Loisy d'Arcelot.Architecture 

    Le nouveau bâtiment est enclavé entre les deux pavillons (ancien logis de chasse et chapelle) de 1711 ; à l'origine, ceux-ci devaient être détruits, mais ils ont finalement été conservés.

    Le château est remarquable par son style précurseur, les stucs colorés de son Grand Salon réalisés en 1765 et son parc.

    Parc et Jardins

    Derrière le château se dissimule un parc paysager de 45 ha, variante du parc à l'anglaise (avec étang de 7 ha), réalisé par l'architecte paysagiste Jean-Marie Morel , à la fin du XVIIIe siècle (avec une fabrique  : un pavillon chinois). C'est l'un des seuls parcs qui lui subsiste.

    Le château d'Arcelot


    10 commentaires
  •   J’écoute vivre les fleurs,

     Celles d’ici où bien d’ailleurs,
     Chacune berce mon cœur,
     D’un enivrant bonheur.
     Tous les parfums inondent le ciel,
     d’une chaste odeur de miel.
     Dans l’azur elles éclosent,
     Toutes en chœur avec les roses.
     Toutes sont filles de lumière,
     Dans le ciel où sur la terre.
     Sous le soleil les voilà frivoles,
     Ici et là un pétale vole.
     C’est des flèches d’or et de flammes,
     Charmeuses au cœur de l’âme.
     Oh ! Fleur de votre beauté que j’aime,
     Mes yeux émerveillés de vous : des diadèmes,
     Sans repos, sans sommeil, de jour comme de nuit,
     Rêvent, de vos jardins merveilleux : le paradis

    "inconnu"

    Vivre avec les fleurs

     

     


    10 commentaires
  •  Tu m’es apparue

    Joli corps de statue

    Sur ton socle en grès

    Tu m’as envoûtée

     

    Merveille de forme nue

    Adorable statue

    A la tête penché

    Dans ce marbre taillé

     

    Femme ou déesse

    Tu m’as jeté un sort diablesse

    Mon regard reste rivé 

    A ton corps encré et abandonné

    « Hélène »

    Statue


    15 commentaires
  •  Un coin pour s’aimer

    C'est ce banc dans un jardin,c'est cette pierre sur le chemin, c'est ce soin dans un couloir,c'est cette marche sur l'escalier, c'est cet arbre dans un parc, c'est cet ascenseur dans l'immeuble, c'est cet endroit-là, celui du premier baiser.
    Et ces lieux, sont les témoins de ces amours, ils voient passer les amants au premier jour de leurs idylles, ils entendent leurs innocentes et tendres promesses, soufflées à l’aube de leurs naissantes romances juvéniles.

    Et en ces lieux si souverains, l’amour si jeune, habite l’instant, il s’approprie ces espaces temporels, il s’installe dans ces théâtres, ses quartiers, pour l’éternité, y loge tous ses espoirs et tous ses rêves, ses futurs souvenirs envoûtés.

    Et c’est ainsi, qu’un beau jour, rien qu’en entendant évoquer, ne serait-ce que le nom d’un de ces lieux magiques et sacrés, les souvenirs battent le rappel; un pincement au coeur et le regard vague, l’amant se souvient la passade, si fugace fût-elle.

    Nashmia Noormohamed, 

     Un coin pour s’aimer


    15 commentaires
Free Cool Cursors at www.totallyfreecursors.com